Entre Thaïlande et Sri Lanka mon coeur balance...

CARNET DE ROUTE SRI LANKA : 3. ANURADHAPURA - TRINCOMALEE

                           LE SITE HISTORIQUE DANURADHAPURA ENTRE DEUX GRAINS ! 

                                                               un temps idéal pour les visites ...

Mardi 11 janvier

On espère un temps correct pour la journée. Le three-wheel de la veille nous emmène sur le site mais traverse d’abord des zones inondées ! Elles font l’objet de curiosité pour les habitants qui regardent les maisons à moitié immergées, et les champs transformés en larges cours d’eau, il nous faut traverser une route inondée devenue rivière avec du courant… Même si le ciel est  couvert, il fait bon et il ne pleut pas,. On ne fera pas les difficiles !

Les visites :

  Dagoba de Ruvanvelisaya un beau dagoba blanc entouré par une frise figurant une centaine d’éléphants, serrés les uns contre les autres. Devant un bouddha, les singes s’empiffrent des fleurs destinées aux offrandes… 

 Sri Maha Bodhi : l’arbre le plus vieux et sacré du Sri Lanka est protégé par une balustrade, les branches soutenues par des madriers dorés ; des lambeaux de tissu blanc ou de couleur représentent autant de prières et de vœux

.

  Dagoba de Thuparamale le plus vieux dagoba du pays, en forme de cloche.

  Gardien de pierre au Ratnaprasada figurant un roi cobra

 Pierre de lune  au palais de Mahasena, la plus belle qu’on ait vue ! normal, c’est la plus belle du Sri Lanka ; ses sculptures sont fines et pas émoussées. On peut en admirer les symboles

 Bouddha Sammadhi, une statue du IVème siècle du bouddha assis en position de méditation.

 Dagoba d’Abhayagiri énorme, en briques rouges recouvertes de mousse et de végétation, il est recouvert d’un échafaudage car en cours de restauration.

 Kuttam Pokuna (Twin ponds) : l’eau est d’un joli vert, dû au lichen en surface

Dagoba de Jetavanarama gigantesque dôme en briques rouges de 70m de haut, comme l’Abhayagiri.

De retour  à la GH, le patron nous apprend que la route pour Mihintale est inondée et que les bus ne passent plus !  Nous en profiterons pour nous poser un peu, aller sur internet (Internet 90R l’heure), et papoter avec Viktor l’employé senior qui m’offre un livret sur le bouddhisme « bouddhism in a nutshell » ; son guide sur Anura  me permettra de bien compléter le LP.Il paraît que la route menant à TRINCO est aussi inondée. On verra demain quel bus prendre selon l’état des routes.  

ROUTE VERS LE NORD EST

Mercredi 12 janvier

Nous petit déjeunons à 6h45 pour partir au plus tôt en tuktuk à la nouvelle gare routière. Le bus de 7h40 pour Trinco est toujours annulé du fait de la route inondée. Nous devons donc prendre un bus pour Habarana puis un autre pour Trincomalee.  On traverse pas mal de zones inondées, surtout lorsqu’un lac n’est pas loin.

Le bus emprunte la A9 jusqu’à Kelikawa et la route est vraiment bonne. On rejoint la  route qui va à Trincomalee. Les bus sont bondés mais on est parvenus à trouver une place assise au bout de quelques kms. Il se met à pleuvoir à mi – chemin. Après Kantale, la route est défoncée et tout le long on note la présence d’abris-camouflage entourés de sacs de sable, occupés par un ou deux militaires. Pas mal de maisons détruites par la guerre avec la LTTE, enfin terminée en  mai 2009. La région a bien souffert.

Trinco sous la pluie… On tord un peu le nez, tant c’est tristounet. Un peu décontenancés, on change notre programme, pour rester sur Uppuveli, plus près de la ville. Nous choisirons le French Garden Beach Regish (Radrash), côté fils. Les chambres font face à la plage, et la mer houleuse. Chambre au confort minimal avec grand lit et moustiquaire et un espace douche au wc déglingué. Pas d’eau chaude of course pour le prix !      

 Le French Garden est une affaire familiale. Tout a été reconstruit après le tsunami par le propriétaire français. À presque 90 ans, Radrash est complètement édenté ; il marche appuyé sur une canne confection maison : un grand tuyau de plomberie en plastique, avec un coude rajouté ! Il n’est pas peu fier de nous énumérer le nombre de ses fils, et petits enfants.

En nous promenons tout le long de la plage, nous atteignons le Chaaya Blu (ex Hotel Club Oceanic) aux prix exorbitants, mais le resort est chic. Sur la plage, personne d’autre que nous et quelques vaches qui se promènent ! Retour à notre chambrette où une vache et son veau viennent nous tenir compagnie devant la terrasse. Le temps s’égrène lentement… heureusement le netbook m’occupe ! On nous sert un bon rice & curry au « restaurant » de grand’pa à 19h. Prix du repas modeste, 50% moins cher que d’habitude. Nous repartirons pour Kandy dès demain pour ne pas moisir ici. Un des petits fils, nous emmènera en tuktuk prendre le bus de 10h15. A 20h, n’ayant rien d’autre à faire (à part se joindre aux mômes et aux fils devant leur TV !!!), on se couche. 

 BLOQUES PAR LA MOUSSON

Jeudi 13 janvier

La pluie incessante nocturne a laissé des traces…. de gigantesques mares d’eau dans le sable devant la GH du papy (mais pas chez nous), et….une belle bouse ronde sur notre terrasse, à côté de mes sandales… Une vache ou son veau a dû vouloir passer la nuit à l’abri sur notre terrasse !

Petit déj en attendant le tuktuk qui vient nous prendre à 9h30. Pluie battante. J‘ai la révélation sur la manière dont est faite le café ! la mouture est mise dans une théière, l’eau versée par-dessus, et hop le breuvage (insipide) est prêt « filtré» dans une petite passoire. Ici, les touristes boivent du thé en général ! Ceylan oblige…

Le jeune conducteur arrive (il habite à côté) à moto. Les nouvelles sont mauvaises. Dans le chemin d’accès, il avait de l’eau jusqu’en haut des cuisses. On ne peut même pas espérer rejoindre les chemins parallèles par la plage, également impraticables. On est encerclés par l’eau ! Par téléphone, et la radio, il a appris que la route principale menant à Trinco est inondée, un pont s’est effondré avant Kantale, les bus ne peuvent pas passer….. Résultats : on semble bloqués ici. Un petit espoir, la construction d’un passage en remblai pour cette après-midi. 

La situation est encore pire à Batticaloa, où les habitants sont complètement coupés de tout, et inondés. Ils doivent vivre sur leurs provisions.La saison des grosses pluies devrait être terminée en janvier mais la haute saison démarre en avril.... cette année, tout est décalé et les habitants n’ont jamais vu ça !! La prochaine fois, on viendra en avril ou mai….

                                                       (Photo Sebastian, du French Garden Beach Redish)

Guy part en éclaireur pour un passage possible ; au niveau du Lotus Hotel, deux tuks lui proposent  de l’emmener. Illico, nous sommes rapidement prêts à le rejoindre à pied avec les bagages par la plage, sous la pluie. Le manager appelle un tuktuk et en route pour la gare routière le long d’une route bordée par les inondations. Le niveau de l’eau a commencé à baisser.

Le bus pour Kandy part à 13h40, et nous y arrivons  à 19h. Un tuktuk (three-wheel) nous dépose chez notre amie Punya.

  
Lien permanent
Publié à 11:10, le 12/01/2011 dans LE CARNET DE ROUTE SRI LANKA, Trincomalee
Mots clefs : inondationsguesthousestemples


Qui suis-je ?


Un voyage de trois mois et demi, d'abord au SRI LANKA où nous retrouvons nos amis et découvrons des régions à nouveau accessibles, puis en THAILANDE, du Triangle d'Or aux plages paradisiaques du sud, sur la côte de la mer Andaman. Nos enfants se joignent à nous pour un petit bout de chemin.

Mes albums

La carte des lieux visités



LES CARNETS DE MISHA
SRI LANKA 2009
TRIP ADVISOR
ELEPHANTS AU SRI LANKA
PLANTATIONS DE THE AU SRI LANKA - album

«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Newsletter

Saisissez votre adresse email

voyage
hotel