Entre Thaïlande et Sri Lanka mon coeur balance...

BIENFAISANCES A COLOMBO

 

Le mari de notre amie Dharshi vient nous chercher à 13h à la guesthouse. Nous l'attendons patiemment avec la valise de vêtements, dans le hall, et Il faut les rassurer les employés qui croient que nous les quittons. Direction le nord de la capitale où habite Navoda. Le quartier est pauvre et un bidonville n'est pas loin.

Deux donations pour deux groupes différents. 35 enfants bénéficieront de la donation Lormont Country Line (LCL), d'un montant de 100€, un groupe de personnes handicapées (physique et mental) bénéficieront de notre donation personnelle.

Notre troisième action est bien plus importante que les précédentes car elle concernera 35 à 38 enfants, et un groupe d'enfants et adultes handicapés, plus quelques personnes âgées. Les habits seront distribués un peu plus tard dans l'après-midi, dans la maison, famille par famille. On s'aperçoit que nous manquons d'habits pour les garçons de 6-8 ans.

 

Il reste encore quelques achats à finaliser et Guy et moi accompagnons Sunil en tuk tuk au super marché voisin. On y achète savonnettes, dentifrice, boîtes de lait en poudre, biscuits, pots de confiture pour un total de 3600R. (Équivalent de deux nuits en guesthouse...)

accueil

 

En rentrant dans la cour, de retour du supermarché, on nous fait signe d'attendre et

on nous débarrasse des paquets encombrants. Cela nous laisse à penser que des surprises nous attendent ! Deux mamans encadrent une fillette et un garçonnet timides, tenant chacun à la main un paquet de feuilles de bétel et s'approchent vers nous  (bon sang, j'ai les larmes aux yeux), se prosternent à nos pieds par respect, selon les traditions sri lankaises, nous offrant les feuilles bétel en signe de bienvenue. Les feuilles de bétel sont traditionnellement données lors des mariages. Elles représentent tout un symbole. Dans certains pays d'Asie, dont le Sri Lanka, elles servent aussi à chiquer, réduites en hachis et mélangées à de la craie !

danses de remerciements

 

Nous sommes invités à prendre place dans l'arc de cercle, sur deux sièges « d'honneur ». Le spectacle peut commencer ! Un gentil discours d'accueil par deux jeunes filles, s'adressant à nous comme tante et oncle, en préliminaires aux danses, chansons et contes. Les enfants sont craquants ! Certains dansent timidement, le regard fixé sur la maman derrière nous qui montre les gestes. Le public applaudit vivement. On en redemande... Guy a eu un  problème avec le caméscope, il croyait filmer les jeunes et jolies danseuses, et voilà qu'il s'aperçoit que rien n'a marché ! Ah l'émotion......  Nous avons donc eu droit à une deuxième danse ! 

 

Petit entr'acte  pour servir quelques biscuits, des petits sandwiches, des citronnades et on aborde la suite du spectacle, puis on procède à la distribution des paquets confectionnés selon l'âge et les besoins. Les enfants se présentent à l'appel de leur nom et viennent se prosterner à mes pieds. Je n'ai pas l'habitude ! 

Une fois leur tour passé, c'est au tour des enfants handicapés accompagnés des mamans. Et là, c'est un moment difficile pour nous deux ; que la vie est dure pour ces personnes-là. Le plus triste, c'est cette jeune fille de 23 ans en chaise roulante, complètement désarticulée, elle ne semble pas voir ou sentir... malade depuis l'âge de 3 ans. Quelques autres gosses handicapés, un peu mongoliens, ou ce garçon de 6 ans équipé d'appareil auditifs, ayant aussi les pieds bien malades et les jambes déformées ; ses beaux yeux d'un bleu azur nous regardent et nous sourient...je suis très touchée par ce monsieur rabougri et bien déformé qui a paraît- il 55 ans. Quel bonheur il affiche quand je lui donne son paquet et lui montre le tissu qui pourra lui faire une jolie chemise ! J'ai envie de l'embrasser. Bon... j'arrête d'énumérer tout ce qu'on a vu car me voilà encore à avoir les larmes qui montent.

On a donné du bonheur mais on se sent tellement petits, et impuissants dans de telles circonstances. On est gênés d'être autant remerciés !

Nous rentrons vers 19h  et en profitons pour aller dîner au Tropic Inn à côté de notre guesthouse. Il pleut un peu ce soir, et on sort le kway !

Lien permanent
Publié à 12:21, le 9/01/2011 dans SRI LANKA 2011 le blog, Colombo
Mots clefs : donationsenfants


CARNET DE ROUTE SRI LANKA : 1.NEGOMBO- MOUNT LAVINIA

Lundi 3 et mardi 4 janvier 2011

De BORDEAUX  à COLOMBO via AMMAN et BANGKOK….

 

36 heures pour un vrai lit !

Le voilà arrivé le fameux jour J de ce voyage que l’on préparait depuis presque 7 mois. On s’habituait à en rêver et voilà qu’il faut passer à l’action…J’ai un peu le stress, et je reculerais presque le départ. Le dernier zip de la fermeture éclair nous fait pousser un ouf de soulagement…. Le deuxième bagage est enfin bouclé,  une brosse ne pourrait même plus rentrer ; une première valise de 20 kgs contient au moins 17kgs de vêtements du resto du cœur à donner au Sri Lanka et le fameux dernier sac contient nos effets et des cadeaux, plus les affaires de toilette, soit 14kg. Les sacs de cabines sont bourrés au maximum. Le TGV pour Roissy part à 7h48. A l’arrivée, nous avons amplement le temps de faire une pause « pique-nique », dans le hall 2 du terminal A, avant le check in. Nous n’avons plus qu’à nous armer de patience, l’embarquement est prévu à 16h15. Pour le moment, tout baigne, pas de neige, pas de grève et pas de retard prévu !Nous apprécions le vol de la Royal Jordanian et son service à bord ; à Amman, on passe en zone de transit pour aller ensuite patienter avant le départ à 01h pour Bangkok. Pause Internet en WIFI gratuite dans l’aéroport de Suvarnabhumi. (Demander un code au guichet Information service à la croisée des deux allées). Le vol pour Colombo est à 19h et nous arrivons après 4h de vol environ, sous 28°C. La chaleur que nous ressentons dès la sortie de l’avion nous apporte déjà le sourire, car on ne peut s’empêcher de penser au froid laissé en France ! Le taxi envoyé par la guesthouse Dephani nous attend avec une pancarte à notre nom. On est crevé et  sitôt dans la chambre, on ne tarde pas à se coucher. Même les aboiements continuels d’un chien ne parviennent pas à nous déranger ! 

 

Un peu de  repos à NEGOMBO

 

Mercredi 5 janvier

 

Une nuit de sommeil réparatrice et nous nous levons vers 9h30. Le temps ne compte plus trop désormais ! Petit déjeuner à l’européenne face à la mer, quelques voiles ocre d’oruvas filent parallèles à la plage, les pêcheurs rentrent au port. Moment opportun pour le masseur ayurvédique attaché à la Gh de nous donner sa carte et ses tarifs ! Le ciel est nuageux et la chaleur un  peu lourde. Qu’importe ! On note des changements par rapport à notre dernière visite. Quelques vendeurs s’approchent des portes donnant sur le sable, déployant un de leur sarongs pour accrocher l’attention des quelques touristes présents. Une fois sur la plage, l’un nous propose des babioles sculptées, un autre un tour en oruva pour 4000R pour deux. La plage est plus propre aussi, nettoyée régulièrement, et les cabanes semblent avoir  disparu du bord de plage. Depuis la fin de la guerre avec les LLTE le tourisme prospère. La GH Dephanie est située juste après le SilverSands et un peu avant l’IceBear. Body Zone Spa à proximité, respire la sérénité comme il se doit. Guy reçoit un des meilleurs massages. Pour Internet, nous devons aller dans un des cybercafés sur la rue principale.  

 

EN ROUTE POUR LA CAPITALE ET MOUNT LAVINIA

 

Jeudi 6 janvier

 

Un three-wheelnous emmène à la gare routière de Negombo et nous montons dans un bus bien local pour Colombo. Puis dans un autre bus, n°101 pour Mount Lavinia, après avoir vaincu la traversée de la foule d’un marché. On peine un peu, chargés de nos sacs bien tassés.Bonjour le trafic !C’est sympa de trouver toujours quelqu’un qui nous  demande où on va, prêt à nous aider. Nous descendons donc au bon arrêt et rejoignons Beach road, un peu après le Lions Pub. La petite rue de notre guesthouse, Blue Seas GH, est très tranquille. On n’est pas mécontents d’être délestés de nos bagages.Le petit hôtel est accueillant, et notre chambre très correcte, avec même un balcon donnant sur le jardin.Le mari de notre amie Dharshi nous emmène en voiture voir sa sœur Navodahospitalisée à l’hôpital de Colombo pour un ou deux jours.  C’est ainsi qu’on a un aperçu de l’hôpital, immense, et du centre de la capitale, toujours bien encombrée par la circulation ! Le city hall tout blanc a un air de petite Maison Blanche.Pas de restau dans la guesthouse. Comme nous n’avons pas mangé à midi, on ne cherche pas plus loin que le Mount Lavinia Breeze, sur la plage, le long de la voie ferrée. Chic et cher mais bien cuisiné, dans une atmosphère balnéaire.   

 

Vendredi 7 janvier

 

Nous nous levons à notre rythme et descendons déjeuner un peu avant 9h 30 l’heure limite. Change à la Commercial Bank sur Galle street, en trois jours l’euro semble avoir bien chuté. Au Cybercafé au coin de la rue, on en a confirmation. Le ciel est légèrement brumeux. La chaleur lourde est davantage supportable sur la plage. Vers 15h on se décide à manger un morceau mais les restaus ont des prix dissuasifs La plage est assez longue, le sable doré plus fin qu’à Negombo, l’eau n’est pas cristalline, bref,loin d’être le rêve. Le Mount Lavinia Hotel ferme la baie, tournant le dos à ce qui est laid, dont une haute bâtisse abandonnée qui fait verrue. Il domine la plage mais n’en a pas d’accès cependant. Nous grimpons quelques rochers entassés, croisant quelques jeunes couples d’amoureux, pour longer la voie ferrée et rejoindre une passerelle en béton qui donne sur l’entrée du chic resort. L’atmosphère change radicalement ! Gardiens et valets habillés de blanc s’efforcent de discipliner le va et vient des voitures, car des mariages viennent d’avoir lieu. Mariés, invités, demoiselles d’honneur, escortés par les photographes, se mélangent allègrement à un groupe de joueurs de cricket en tenue (la coupe du monde démarre en février) ; rajoutons à ce petit monde les touristes curieux dont je suis et aux guests de l’hôtel ! J’en profite pour « voler » quelques photos ! Ce lieu touristique est coupé de la réalité de la vie quotidienne srilankaise. Sur le chemin du retour, on longe la voie ferrée comme les habitants ! Petit coup d’œil aux guesthouses de College avenue pour repérer celle de Mrs Lynn Mendi  très  discrète. En face,Tropic Inn, petit hôtel de quelques étages, complet en ce moment et où nous dînerons ce soir. Et quelle idée excellente on a eu ! Rapport qualité-prix, rien à dire, sinon que du bien : Gentillesse et sourire, bons petits plats et prix corrects. A recommander mille fois ! 

 

UNE JOURNEE D’ACTIONS A COLOMBO

 

Samedi 8 janvier

 

Nous attendons Chitra patiemment avec la valise de vêtements, dans le hall de la guesthouse.  Il faut les rassurer les employés qui croient que nous les quittons ! En route nous récupérons Dharshi qui quitte son travail à 13h le samedi, et direction le nord de la capitale où habite Navoda. Le quartier est pauvre et un bidonville n’est pas loin.

 

Deux donations pour deux groupes différents. 35 enfants bénéficieront de la donation Lormont Country Line d’un montant de 100€, un groupe de personnes handicapées (physique et mental) bénéficieront de notre donation personnelle. Dharshi et quelques voisines aident à installer les chaises dans la cour. Nous nous occupons à coller sur chaque sac à offrir, une étiquette « Donated by Members of LCL Club, France, to Children of Sri Lank . 8th January 2011 ». Nous avons le temps de nous poser un peu avant le début de la cérémonie, et nos amies se plaisent à évoquer les souvenirs et les actions que l’on a menés depuis le tsunami. Cette année verra donc notre troisième action qui concernera 35 à 38 enfants, un groupe d’enfants et adultes handicapés, et quelques personnes âgées. Les habits apportés seront distribués un peu plus tard dans l’après-midi, dans la maison, famille par famille. On s’aperçoit que nous manquons d’habits pour les garçons de 6-8 ans. Les vêtements non distribués ici le seront dans le bidonville voisin par leurs soins.

 

Il reste encore quelques achats à finaliser et Guy et moi accompagnons Sunil en tuktuk au super marché voisin. On y achète savonnettes, dentifrice, boîtes de lait en poudre, biscuits, pots de confiture pour un total de 3600R. (Équivalent de deux nuits en guesthouse…)

 

En rentrant dans la cour, de retour du supermarché, on nous fait signe d’attendre et on nous débarrasse des paquets encombrants. Cela nous laisse à penser que des surprises nous attendent ! Deux mamans encadrent une fillette et un garçonnet timides, tenant chacun à la main un paquet de feuilles de bétel et s’approchent vers nous, se prosternent à nos pieds par respect, selon les traditions sri lankaises, nous offrant les feuilles bétel en signe de bienvenue. Moment très émouvant. Les feuilles de bétel sont traditionnellement données lors des mariages. Elles représentent tout un symbole. Dans certains pays d’Asie, elles servent à chiquer, réduites en hachis et mélangées à de la craie !

Nous avons le temps de donner un coup d’œil à la ronde, à tous les enfants assis, parfois avec leurs parents, à l’écart quelques handicapés, jeunes et moins jeunes, et quelques dames âgées. Nous sommes invités à prendre place dans l’arc de cercle, sur deux sièges « d’honneur ». Le spectacle peut commencer ! Un gentil discours d’accueil par deux jeunes filles, s’adressant à nous comme tante et oncle, en préliminaires aux danses, chansons et contes. Les enfants sont craquants ! Certains dansent timidement, le regard fixé sur la maman derrière nous qui montre les gestes. Le public applaudit vivement. On en redemande… Guy a eu un  problème avec le caméscope, il croyait filmer les jeunes et jolies danseuses, et voilà qu’il s’aperçoit que rien n’a marché ! Ah l’émotion devant de jolies jeunes filles ! Nous avons donc eu droit à une deuxième danse !  Petit entr’acte  pour servir quelques biscuits, des petits sandwiches, des citronnades. A l’issue du spectacle, on procède à la distribution des paquets confectionnés selon l’âge et les besoins. Les enfants se présentent à l’appel de leur nom et viennent se prosterner à mes pieds, selon la tradition. Je n’ai pas l’habitude ! 

C’est au tour des enfants handicapés accompagnés de la maman. Et là, c’est un moment difficile pour nous deux ; que la vie est dure pour ces personnes-là. Le plus triste, c’est cette jeune fille de 23 ans en chaise roulante, complètement désarticulée, elle ne semble pas voir ou sentir… malade depuis l’âge de 3ans.Quelques autres gosses handicapés, un peu mongoliens, ou ce garçon de 6 ans équipé d’appareil aux oreilles, ayant aussi les pieds bien malades et les jambes déformées, et ses beaux yeux d’un bleu azur nous regardent et nous sourient…je suis très touchée par ce monsieur rabougri et bien déformé qui a paraît- il 55 ans. Quel bonheur il affiche quand je lui donne son paquet et lui montre le tissu qui pourra lui faire une jolie chemise ! J’ai envie de l’embrasser. Bon… j’arrête d’énumérer tout ce qu’on a vu car me voilà encore à avoir les larmes qui montent.

 

On a donné du bonheur mais on se sent tellement petits, et impuissants dans de telles circonstances. On est gênés d’être autant remerciés car on donne si peu !Nous rentrons vers 19h  et en profitons pour aller dîner au Tropic Inn à côté de notre guesthouse. Il pleut un peu ce soir, et on sort le kway ! 

.

Lien permanent
Publié à 20:13, le 8/01/2011 dans LE CARNET DE ROUTE SRI LANKA, Colombo
Mots clefs : donationsguesthousesoffrandesmoinesrestaurants


Qui suis-je ?


Un voyage de trois mois et demi, d'abord au SRI LANKA où nous retrouvons nos amis et découvrons des régions à nouveau accessibles, puis en THAILANDE, du Triangle d'Or aux plages paradisiaques du sud, sur la côte de la mer Andaman. Nos enfants se joignent à nous pour un petit bout de chemin.

Mes albums

La carte des lieux visités



LES CARNETS DE MISHA
SRI LANKA 2009
TRIP ADVISOR
ELEPHANTS AU SRI LANKA
PLANTATIONS DE THE AU SRI LANKA - album

«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Newsletter

Saisissez votre adresse email

voyage
hotel