Entre Thaïlande et Sri Lanka mon coeur balance...

"RENDEZ-VOUS EN TERRE INCONNUE" ...

Journée trek à  la rencontre de minorités montagnardes : Karen, Lahus, Akhas, et  Long Necks (femmes-girafes). Daam, âgé de 59 ans, Karen Baptiste est notre guide.

Il y a des Karens chrétiens, bouddhistes, baptistes. Les trois minorités sont aussi animistes et croit au chaman pour éloigner les esprits (celui-ci vient une fois par semaine au village.Le sentier grimpe bien et devient très rocheux et accidenté tout le long du trek je souffle, je râle... on multiplie les pauses dès que l’ombre se présente.

Premier arrêt dans le village Lahu où Daam en profite pour rouler ses cigarettes : dans un rectangle de feuille de bananier séchée mais encore souple,  il ajoute un mélange de tabac et d’écorce de tamarin pilée pour moins de nocivité.

Les Lahus sont assez pauvres. Les deux premières maisons du village affichent leur richesse : les familles de dealers de drogue (opium et métamphétamines). Ils  ont même détourné une ligne, car il n’y a pas d’électricité dans le village, et possèdent une parabole  !!! La police ferme les yeux en contrepartie financière...

Le village Akha nous semble au bout du monde tellement on peine à monter. Normal, nous empruntons le sentier des contrebandiers... les Lahus l’empruntent pour aller se ravitailler en whisky (leur alcool de riz) à ce village, évitant ainsi les contrôles de la police sur les routes ! Ils consomment drogues et alcool surtout en fin d’année. Beaucoup de drames dans ces villages quand ils sont en état d’ébriété. Daam a prévenu par tél portable le chef du village de notre arrivée (eh oui il y a le réseau sur un des sommets seulement). Le bouche-à-oreille a bien fonctionné et nous voilà en quelques minutes entourés de petites vieilles plus ou moins ratatinées,  en habits traditionnels.

Les laissant nous attendre sur les marches, nous mangeons  dans la cuisine au plancher de bambou, assis sur de petits tabourets, en compagnie du Chef et de sa femme ; avant de commencer, Daam récite une prière pour bénir notre repas, on s’arrête à temps... Une petite goutte de gnole locale, et du thé....beaucoup de thé !

L’heure des emplettes est venue et on se doit de faire plaisir à chacune de nos petites vieilles ; l’une d’entre elles, ridée comme une vieille pomme semble être le pitre du groupe, elle file le kapok pour ne pas perdre de temps, et fume une longue pipe ; la femme du chef en est à rouler son 3ème cigare, à la forme d’un pétard ! Mais ce n’est que du tabac  pur, roulé dans une feuille de papier blanc ! Les Akhas, comme les Karens ne consomment pas de drogue. Les autres fument leurs cigarettes, plus ou moins bien roulées, et ça empeste !

« Business is business », l’heure est grave ! Un bath est un bath et pas question de se faire rouler par les copines en partageant la recette!!! A 14h passées, nous entamons la dernière partie du trek qui doit nous mener tout en descente au village des Long Necks... Oui mais ...quelle descente. Finalement la grimpette  était BEAUCOUP plus sympa !!! Ce fut, pour moi surtout, la descente infernale pendant plus de deux heures. Tout ça pour un raccourci de 3kms qui nous fait gagner 2 kms, mais aussi beaucoup de trouille.

Nous nous frayons un passage à travers la jungle, sur une pente très raide de montagne, (comme l’inclinaison d’une échelle adossée à un mur....)... Pas à pas, les hommes devaient me bloquer les pieds et m’empêcher de glisser avec deux bâtons de bambou ! De temps en temps je m’accrochais à des troncs d’arbre à la fin j’arrivais presque à maîtriser par moi-même le coup des cannes-bambous. Il est 17h45 quand on débouche sur le village...Ouf !  

LES FEMMES GIRAFES

 

Nous surprenons les Long necks en surgissant par la forêt. A cette heure tardive, les touristes, venant ici par la route en confortable mini vans climatisés, ont déserté le village. Les étalages sont déjà recouverts de draps, en attendant le lendemain matin.

Voir ces Femmes-Girafes et leurs fillettes nous laissent l’impression désagréable d’être dans un zoo. « Zoo » serait en effet le mot le plus approprié, car il n’est là que pour montrer les Long Necks aux touristes dans un but uniquement commercial.. Je me sens un cautionner ceci en photographiant quelques femmes, avec  leur accord toutefois.

COMMENT ET POURQUOI ?

Daam nous l’explique assez bien et on en devine le reste. Les Long Necks sont des Karens venus de Birmanie ; là-bas, ils sont très, très pauvres et n’aiment pas le gouvernement militaire. Là-bas aussi, les femmes portent les anneaux au cou et aux genoux. Un « intermédiaire » leur propose de passer en douce la frontière, et ce gratuitement,  pour qu’ils puissent mieux vivre en Thaïlande et gagner un peu d’argent en vendant leur artisanat aux touristes. Un peu le miroir des alouettes... Même si" l’intermédiaire" (qui vit à Chiang Mai) récupère plus de 80% du produit de leurs ventes, ce qu’il leur reste leur suffisent et d’après Daam, ils seraient heureux d’être loin de leur pays. 

Nous apprenons que les « Long Necks » sont des Karen Paydong ; 15 familles Long Necks vivent ici. Les autres sont les Karens Palong et les Karens Kayha. Les Palongs portent des cercles à la taille et au ventre. Les Kayhas ont le lobe des oreilles détendu, troué d’un large anneau. Les Long- Necks eux peuvent porter jusqu’à 28 anneaux autour du cou (c’est le maximum), les  filles en portent dès l’âge de 5 ans. Guy est révolté de voir comment elles torturent leur corps. Les blessures ou les rougeurs circulaires à la base du cou sont invisibles aux touristes.

Nous partons sans même avoir l’envie d’acheter quoi que ce soit et rejoignons le chauffeur à 18h30. Un sacré baume au cœur de savoir qu’on n’a pas le chemin du retour à se faire à pied ! D’où la nécessité de terminer notre trek dans ce village artificiel accessible par une route ! 

Lien permanent
Publié à 16:45, le 11/02/2011 dans THAILANDE 2011 Le blog,
Mots clefs : minoritestrek


Qui suis-je ?


Un voyage de trois mois et demi, d'abord au SRI LANKA où nous retrouvons nos amis et découvrons des régions à nouveau accessibles, puis en THAILANDE, du Triangle d'Or aux plages paradisiaques du sud, sur la côte de la mer Andaman. Nos enfants se joignent à nous pour un petit bout de chemin.

Mes albums

La carte des lieux visités



LES CARNETS DE MISHA
SRI LANKA 2009
TRIP ADVISOR
ELEPHANTS AU SRI LANKA
PLANTATIONS DE THE AU SRI LANKA - album

«  Décembre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Newsletter

Saisissez votre adresse email

voyage
hotel